Forum JDR Stratégie/Géopolitique futuriste. Créez votre civilisation. Guidez votre peuple.
 
AccueilEmpiresCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Fédération Cumrain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vhym A'Roa
Narrateur
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 27

MessageSujet: La Fédération Cumrain   Mer 24 Aoû 2016 - 18:25




Thème muscical


Nom complet :
Fédération des peuples Cumraint
Nom usuel : Cumrain
Habitants : Cumraint
Espèce : Humaine
Planète natale : Atrais
Région : Sandalor
Capitale politique et culturelle : Abrojin (cité désertique taillée dans la roche)
Type d'organisation politique : Anarcho-communisme
Type de gouvernement : Délibération populaire et par consultation d'institutions permanentes, les cénacles, constituées des citoyens les plus méritants et respectés.
Idéologie principale : À la fois religieuse et porteuse d'une grande exigence politique. L'ordre politique et l'ordre métaphysique sont distincts, mais peuvent être respectés par les hommes par la pratique de la Synthèse, discipline qui fait se rejoindre l'art et la science, tel que les Cumraint les conçoivent, et dont l'exercice par le peuple permet d'asseoir solidement le modèle d'une société juste et rationnelle.
Représentation et gouvernement : Les communautés et provinces Cumraint sont représentées symboliquement par des cénacles, lesquels évoluent régulièrement. A l'échelle planétaire, l'Assemblée Fédérale est composée de délégués des colonies, ainsi que de membres émérites et expérimentés, qui se sont distingués, au cour de leur vie, dans toutes sortes de domaines : scientifiques, ingénieurs, penseurs, artistes, militaires, commerçants, etc. La direction des affaires du peuple est donc collective.

Si, dans les faits, les questions majeures pour la destinée de Cumrain voient leur formulation et leur conclusion au sein de cette Assemblée, il reste une fonction assumée solitairement, et qui permet de faciliter les échanges diplomatiques, tout comme, en cas d'exception, l'impulsion nécessaire au peuple, pour assurer efficacement sa défense. L’Ecclésiaste, soumis par l'Assemblée Fédérale aux suffrages du peuple, est donc un porte-parole, nommé pour deux ans, qui a charge de ces questions, sans disposer, en temps normal, d'un pouvoir politique quelconque.

Traits sociaux :

  • Urbain (Le coût d'amélioration des villes est réduit de 5 % Coût : 3)
  • Combattant (Point de Victoire + 5% Coût : 1)
  • Intimidant (Point de Victoire adverse -10% Coût : 2)
  • Spationaute (Point de Victoire dans l'espace +10% Coût : 2)
  • Producteur (Extraction de métaux +1 par Mine. Coût : 2)
  • Non-Combattant (Le coût de recrutement des troupes augmente de 5 % Gain : 3)
  • Influençable (Ressource échangées. Quantité réduite +5% Gain : 1)
  • Opposant (Point de Victoire sur le monde natale -10% Gain : 2)


-----------------------------------

Description : La Fédération Cumrain est une civilisation dont les fondements sont résolument pacifistes. Peuple de voyageurs, de scientifiques et d'humanistes, nourri d'une forte ferveur religieuse, ainsi que d'un goût prononcé de l'aventure et de l'inconnu, il a fait d'Atrais un monde qui tient plus du sanctuaire, du monde-temple, que d'une mégapole moderne. Pourtant, en dépit de sa nature fortement décentralisée et de la sobriété de ses moeurs, le peuple Cumrain a bâti sur cette planète désertique, une civilisation solidement établie, et moins paisible qu'elle en donne l'impression.

La vie y paraît dure : elle le fut sans doute pour les premiers colons, qui durent rivaliser d'ingéniosité, comme s'armer de patience et de courage, pour rendre vivable ce monde isolé et pauvre. Bien que la civilisation Cumrain soit aujourd'hui bien développée, et dotée des moyens de se défendre, son peuple a le goût d'une vie simple, calme et sans artifices. Pourtant, il n'est pas passif pour autant : viscéralement attaché à la démocratie directe, il a même la réputation d'être composée d'individus en perpétuelle revendication, plus attachés à l'examen critique de tous les aspects de leur vie, qu'à la jouissance des fruits de leurs efforts.

A vrai dire, il est devenu, au fil de l'aménagement d'Atrais, et de la défense vis-à-vis de l'extérieur, un peuple influencé par le modèle du citoyen-soldat. Ayant appris à se battre efficacement contre des armées disciplinées et équipées d'armes modernes, les Cumrain sont devenus, au fil des épreuves infligées par les invasions et occupations successives, des combattants ingénieux et farouches, que la vie désertique a trempé et durcis.

Soucieux de ne pas trahir leur héritage culturel, qu'ils considèrent comme leur bien le plus précieux, les Cumrain ont su trouver un équilibre relatif entre les exigences militaires, et la passion civilisatrice. Leurs cités sont souvent troglodytes, en tout cas, bâties, pour leur majorité, sur les parois et sommets des imposantes falaises qui parsèment Atrais. Ingénieurs brillants et inventifs, les Cumrain sont toujours stimulés par l'envie d'aménager au mieux leur monde d'accueil séculaire.

Profondément religieux et philosophes, les Cumrain ont modifié Atrais à leur image. Il est fréquent, en visitant les déserts de cette planète, d'apercevoir des mausolées, temples, bibliothèques, ou bâtiments du même genre, ainsi que des fresques gigantesques s'étalent sur des centaines de mètre, à même une paroi rocheuse, des bustes et visages taillés dans une montagne, et d'autres figurations des mythes et symboles propres à cette civilisation.

-----------------------------------

Histoire : Le récit mythique contant la fondation de Cumrain fait remonter les origines de ce peuple à plusieurs millénaires, plus exactement à l'ère proto-spatiale. En effet, les Cumraint situent leur apparition à la sinistre époque de la Troisième Guerre Mondiale, sur le monde originel des humains. Au sein d'un monde en proie aux pires barbaries, un ensemble de petits groupes hétéroclites provenant initialement d'Europe et du Proche-Orient, puis de Russie, du Nouveau Monde, enfin de toutes les parts du globe, se rendirent en Israël, et plus précisément, dans la région de Qumran, non loin de la Mer Morte.

L'idée initiale était de constituer, sur ces terres riches d'Histoire, et porteuses de symboles très forts, une communauté internationale, retirée du chaos mondial. Elle était nourrie d'une idéologie socialisante, dont le rêve était de bâtir une vraie démocratie, enrichie de l'expérience millénaire du bassin méditerranéen, en termes d'organisation politique, et des valeurs censées fonder la civilisation. Le projet, initialement, était purement laïque, bien qu'il acceptait en son sein toutes les confessions.

Cette démocratie, qui, au départ, s'était donnée le nom d'Agora d'Or, se nourrit, tout au long de la guerre, de l'apport successif de migrants venus de tout le globe, qui lui donnèrent, après les vingt premières années, une impulsion plus religieuse. De quelques 5000 membres, elle passa à 30, puis 40.000, et la question de la cohésion de cette société se posa d'une façon de plus en plus pressante.

L'équilibre culturel, nommé la Synthèse, qui permit à cette communauté de durer, consista en l'adoption d'une "laïcité douce". Il s'agissait de reconnaître la légitimité de toute confession, ou pratique culturelle privée, dans la mesure où la pratique et la doctrine de ces dernières concordait avec le corpus de normes et valeurs, que cette société avait adopté au préalable.

Dans l'optique de fonder la "vraie civilisation", il s'agissait d'une application concrète des références rationalistes et universalistes, que représentaient Marx, Kant, l'Humanisme de la Renaissance, des personnalités comme Maïmonide et Averroès. Les modèles civilisationnels érigés en exemples, étaient l'Andalousie musulmane du VIIIème siècle, la Sicile Normande, L'Athène de Périclès, le modèle des cités libres de l'Italie et du Saint-Empire médiévaux, ainsi que toute une tradition politique, issue de l'expérience des Empires Ottoman, Austro-Hongrois ou Russe. La déformation historique certaine représentée par l'idéalisation que l'Agora se faisait de ces sociétés, n'empêcha pas la constitution lente, avec les décennies, d'une culture commune, et d'une identité politique forte.

Se donnant pour objectif la promotion des sciences, de l'éthique, et de l'autonomie politique, seules conditions de l'accès à la majorité, aussi bien pour l'individu que pour la collectivité, l'Agora d'Or bénéficia de sa position relativement isolée, pour se développer, à l'abri des cataclysmes qui se jouaient au dehors, et ravageaient la terre entière.  

L'idéal puissant, qui animait cette nouvelle société, adopta un caractère messianique : ce peuple se voyait comme le pionnier d'une humanité nouvelle, et l'initiateur de la véritable Histoire, c'est-à-dire d'une civilisation adulte, équilibrée et rationnelle. Ce projet connut, avec les millénaires, les exils et les crises, bien des modifications, menaces et trahisons, mais il reste néanmoins, aujourd'hui, sur Atrais, un objectif, et il y connait une réalité.

L'histoire de ce peuple, et de son développement au sein de cette galaxie nouvelle, diffère, par ailleurs, de celle de la plupart de ses voisins immédiats, au sein de cette région galactique. Ils furent les premiers arrivants dans cet univers, bien avant que les survivants de la Voie Lactée ne se retrouvent miraculeusement déportés, et soumis à une vie totalement nouvelle, dans un espace inconnu. Cela faisait alors sept siècles et demie que les Eidôlons, ces choses de mort, ratissaient cet univers qui avait fini par devenir familier aux humains.

Les Agoriens avaient vécu sur l'espoir romanesque de constituer l'avant-garde d'une nouvelle humanité sur Terre, et le tournant du XXIIème siècle les vit relativement indifférents vis-à-vis de l'expansion spatiale initiée par les Russes. Alors que toutes les nations rivalisaient d'ingéniosité et d'audace pour s'emparer du vide glacé, l'Agora d'Or, qui constituait alors le promoteur de la tradition classique partagée par les civilisations du bassin méditerranéen, utilisait les avancées techniques et scientifiques de cette époque, pour refaire la Terre à son image.

Alors que d'immenses empires se propageaient à travers la Voie Lactée, cette civilisation se renferma peu à peu sur elle-même, bénéficiant à la fois du peu d'intérêt qu'elle représentait pour le reste de l'humanité galactique, et d'un statut intouchable dont la Terre avait bénéficié dès la période de maturité de l'Antiquité Spatiale. Il fallut attendre la proclamation de l'Imperium Auroran, pour que ceux qui étaient devenus les principaux habitants de la Terre mesurent les changements considérables que la colonisation spatiale impliquait désormais pour la race humaine.

Ils devinrent une proie, non pas pour la conquête militaire, mais pour la prédation économique, et l'impérialisme culturel du monstre impérial. C'est en plein âge d'or de ce dernier, que le peuple agorien dut se résoudre à quitter la Terre. Ce traumatisme civilisationnel constitue encore aujourd'hui un des référents majeurs de la mémoire collective Cumrain, dont on peut dire qu'il a une puissance symbolique équivalente à celle, pour le peuple juif des temps pré-spatiaux, aux déportations vécues par les Hébreux dans les temps bibliques. 

C'est de cette façon que ce peuple résolument casanier, devint, confronté à l'angoisse écrasante du vide spatial, marqué par la mentalité nomade. Jamais un seul des mondes qu'il pourrait coloniser, dans son exil volontaire, ne représenterait un vague équivalent du berceau de l'humanité. C'est pourquoi ils ne s'attachèrent jamais aux quelques mondes sur lesquels ils s'installèrent lentement, au fil des siècles. L'idée n'était que de se réfugier aux marges de la Voie Lactée, et d'y mener une existence paisible et reculée, loin, très loin des cataclysmes qui secouaient la galaxie, au fil des guerres et crises économiques marquant la vie des grandes puissances spatiales.

Tout changea, ceci dit, avec l'arrivée des Eidôlons. Ces machines conquérantes et impitoyables, bien que s'attaquant avant tout aux civilisations massives dont l'Impérium Galactique était un illustre exemple, représentaient une menace mortelle pour tout ce qui vivait dans la Voie Lactée, et si l'Agora ne fut informée que très tardivement de son existence, puisqu'elle vécut en autarcie totale durant des siècles, elle finit par réaliser quel danger cauchemardesque représentait ce peuple mécanique. Les quelques réfugiés qui échouaient par hasard sur la poignée de mondes que l'Agora avait aménagés, diffusèrent des témoignages assez éloquents, pour que la décision soit prise, par ce peuple qui fonctionnait toujours d'une façon démocratique et fédérale, de chercher un échappatoire viable.

Le salut vint, pour eux comme pour le reste de la Voie Lactée, de leur rencontre avec de mystérieux individus dont les idiomes ne laissaient aucun doute sur leurs
origines terrestres. L'Agora finit par apprendre que ces survivants de l'Antiquité spatiale, fuyant, comme eux, la constitution d'immenses empires, avaient fini par développer la capacité de voyager à travers l'univers, entre les galaxies. Laconiques et autoritaires, soucieux de ne pas attirer l'attention de l'Entité qui ravageait sauvagement les civilisations humaines, ils fournirent à l'Agora quelques éléments technologiques, et des points de relais, qui devaient leur permettre d'effectuer le grand saut.

L'unique condition, était que quelques uns, parmi eux, acceptent de sacrifier toute possibilité de fuite, pour transmettre ce savoir au reste de l'Humanité saccagée par les Eidôlons. Ils devaient, à la façon de ces Sauveurs, arpenter la Voie Lactée en quête de survivants et d'interlocuteurs fiables, pour permettre l'émigration de tous ceux qui cherchaient un abri sûr. Quelques centaines d'Agoriens se sacrifièrent, et améliorèrent les vieilles épaves qui avaient acheminé leur peuple au-delà du système solaire de Terre, pour renouer avec leur passé nomade, et s'acquitter de leur mission. Nul ne sait ce qu'ils devinrent.

L'Agora, 350 ans avant l'ère actuelle, quitta donc pour toujours la Voie Lactée, et s'engagea dans le parfait inconnu. Leurs mystérieux interlocuteurs ne les avaient pas trompé. Les dizaines de milliers d'émigrés qui étaient partis dans leurs barges coloniales, débouchèrent dans un espace vierge de toute occupation humaine. Après quelques décennies de pérégrinations, ils finirent par découvrir un monde aride et désert, parsemé de ruines étranges. L'hostilité du climat rebuta l'Agora, dans les premiers temps. Mais le souvenir de ce qui les avait poussé à tout quitter, finit par les convaincre qu'une planète aussi hostile pouvait aussi s'avérer un refuge précieux et facile à défendre. Les expéditions de reconnaissance finirent par localiser d'immenses promontoires et chaînes de montagne qui avaient été aménagées, par de mystérieux occupants, afin d'abriter des villes troglodytes, et même souterraines.

Dix années supplémentaires furent nécessaires, pour aménager dans la roche des voies de circulation adaptées aux vaisseaux spatiaux, après quoi l'Agora put enfin s'installer sur Atrais. Les restes de leurs vaisseaux de colonisation servirent à poser les bases de leurs villes. Quelques modules furent préservés pour servir de mémoriaux et musées, au coeur de leurs nouvelles cités, afin que jamais le peuple n'oublie d'où il venait. Cette nouvelle vie imposa l'adoption d'un nouveau nom, dont ils voulaient, cependant, qu'il leur rappelât leurs origines, et renvoie à leur identité. L'Agora, initialement, s'était bâtie autour de Qûmran, en Judée. Ils se donnèrent donc le nom de Cumraint.

Ils sont donc sur ce monde aride depuis maintenant trois siècles, et la période énoncée plus haut a revêtu depuis longtemps une aura légendaire. Pour la majorité d'entre eux, il s'agit bien d'avantage d'un mythe fondateur, que d'une réalité concrète, comme tout ce qui se rattache au monde source de Terre, par ailleurs.
Pourtant, à travers les millénaires, une continuité historique semble bien pouvoir se dessiner à travers le vécu de cette civilisation.


Dernière édition par Vhym A'Roa le Dim 9 Oct 2016 - 8:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vhym A'Roa
Narrateur
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 27

MessageSujet: Re: La Fédération Cumrain   Sam 8 Oct 2016 - 11:16

Hello ! Désolé du doublon, mais je voulais signaler que j'ai enfin terminé cette fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Fédération Cumrain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}
» L'Opération d'Opium pour sa dysplasie ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cosmos Domination :: Cosmos Domination :: Civilisations :: Civilisation actives :: Fédération Cumrain-
Sauter vers:  
top rpg
TOP 50 Rpg
Sawen.net - Annuaire Forum RPGAnnuaire de forums RPG//